Accueil > Judaïsme > Parasha de la semaine > Livre du Lévitique - ספר ויקרא > ויקרא Vayikra - Il appela - 24

Le texte de la Parasha Vayikra en français

Levitique 1.1 - 5.26 -

L’Eternel appela Moïse, et lui parla de la Tente d’assignation, en ces termes : "Parle aux enfants d’Israël et dis-leur :

L’Eternel appela Moïse, et lui parla de la Tente d’assignation, en ces termes : "Parle aux enfants d’Israël et dis-leur :

Le Ola sacrifice volontaire

Si quelqu’un d’entre vous veut offrir au Seigneur une offrande de bétail, c’est avec du gros ou du petit bétail que vous offrirez votre sacrifice.

Si cette offrande est un holocauste pris dans le gros bétail, il l’offrira mâle, sans défaut.

Il le présentera au seuil de la Tente d’assignation, de son plein gré, devant l’Eternel. Il appuiera sa main sur la tête de l’holocauste et il sera agréé en sa faveur pour lui obtenir expiation. Il immolera le taureau devant le Seigneur ; les fils d’Aaron, les prêtres, offriront le sang ; ils s’aspergeront le sang sur le pourtour de l’autel qui est au seuil de la Tente d’assignation. Alors on dépouillera l’holocauste, et on le dépècera par quartiers.

Les fils d’Aaron le prêtre mettront du feu sur l’autel, et disposeront du bois sur ce feu ; puis les fils d’Aaron, les prêtres, arrangeront les membres, la tête et la graisse sur le bois, disposé sur le feu qui est sur l’autel. Il lavera dans l’eau les entrailles et les jambes ; alors le prêtre fera fumer le tout sur l’autel comme holocauste, combustion d’une odeur agréable au Seigneur.

Si l’offrande destinée a l’holocauste est de petit bétail, de brebis ou de chèvres, c’est un mâle sans défaut qu’il présentera. Il l’immolera au côté de l’autel, au nord devant le Seigneur ; et les fils d’Aaron, les prêtres, aspergeront de son sang le tour de l’autel. Le dépècera par quartiers, séparant la tête et la graisse ; le prêtre les arrangera sur le bois, disposé sur le feu qui sera sur l’autel. Il lavera dans l’eau les entrailles et les jambes ; alors le prêtre offrira le tout, qu’il fera fumer sur l’autel : c’est un holocauste, combustion d’une odeur agréable au Seigneur.

Si son sacrifice au Seigneur est l’holocauste d’un oiseau, il choisira son offrande parmi les tourterelles ou les jeunes colombes. Le prêtre la présentera à l’autel et lui rompra la tête, qu’il fera fumer sur l’autel ; son sang sera exprimé sur la paroi de l’autel. Il enlèvera le jabot avec ses plumes, et le jettera à côté de l’autel. A l’orient, au dépôt des cendres. Il l’ouvrira l’oiseau du côté des plumes, sans le diviser, le prêtre le fera fumer sur l’autel, sur le bois du brasier. Ce sera un holocauste, combustion d’une odeur agréable au Seigneur".

Minha Minha Prière de l’après midi. Porte le nom d’un sacrifice végétal offert quotidiennement au Temple. volontaire

2

Si une personne offre une oblation au Seigneur, son offrande sera de fleur de farine. Elle l’arrosera d’huile et mettra dessus de l’encens ; puis elle l’apportera aux fils d’Aaron, les prêtres. L’un d’eux y prendra une pleine poignée de sa farine et de son huile, avec tout son encens ; et il fera fumer ce mémorial sur l’autel, combustion d’un parfum agréable au Seigneur.

Le surplus de l’oblation sera pour Aaron et ses fils : portion éminemment sainte des sacrifices brûlés devant le Seigneur.

Si tu veux offrir, comme oblation, de la pâte cuite au four, ce sera de la fleur de farine, en gâteaux azymes pétris avec de l’huile, ou en galettes azymes frottées d’huile.

Si ton offrande est une oblation préparée sur la poêle, la fleur de farine pétrie dans l’huile sera sans levain. Qu’on la divise en morceaux, puis tu y répandras de l’huile : c’est une oblation.

Si ton offrande est une oblation faite dans le poêlon, elle sera de fleur de farine avec de l’huile. L’oblation préparée de ces manières, tu l’apporteras au Seigneur : on l’apportera au prêtre, qui l’approchera de l’autel. Le prêtre prélèvera de cette oblation son mémorial, qu’il fera fumer sur l’autel : combustion d’odeur agréable au Seigneur ; et le surplus de l’oblation sera pour Aaron et ses fils, sainteté éminente entre les sacrifices du Seigneur.

Aucune oblation que vous offrez à l’Eternel ne doit être fermentée ; car vous ne ferez fumer d’aucune espèce de levain ni de miel, comme combustion, pour l’Eternel. Comme offrande de prémices, vous en offrirez à l’Eternel ; mais ils ne viendraient point sur l’autel en agréable odeur.

Tout ce que tu présenteras comme oblation, tu le garniras de sel, et tu n’omettras point ce sel de l’alliance avec ton Dieu, à côté de ton oblation : à toutes tes offrandes tu joindras du sel.

Quand tu offriras au Seigneur l’oblation des prémices, c’est en épis torréfiés au feu, réduits en gruau pur, que tu offriras l’oblation de tes prémices. Tu y ajouteras de l’huile et y mettras de l’encens : c’est une oblation. Le prêtre en fera fumer le mémorial, tiré du gruau et de l’huile, indépendamment de tout l’encens, combustion en l’honneur du Seigneur.

Shelamim, offrande de pacification

3

Son offrande est-elle un sacrifice rémunératoire : s’il la tire du gros bétail, que ce soit un mâle ou une femelle, il doit la présenter sans défaut devant le Seigneur.

Il posera sa main sur la tête de sa victime et il l’immolera à l’entrée de la Tente d’assignation ; puis les fils d’Aaron, les prêtres, aspergeront de son sang le tour de l’autel. Offrira une part de ce sacrifice rémunératoire, en combustion au Seigneur : la graisse qui recouvre les intestins et toute la graisse qui y adhère ; les deux rognons avec la graisse qui y adhère ainsi qu’aux flancs, puis la membrane qui tient au foie et qu’il ôtera avec les rognons.

Et les fils d’Aaron feront fumer ces graisses sur l’autel, avec l’holocauste déjà placé sur le bois du brasier combustion d’une odeur agréable au Seigneur.

Si c’est du menu bétail qu’il offre en sacrifice rémunératoire au Seigneur, il l’offrira mâle ou femelle, sans défaut.

Si c’est une brebis qu’il offre, il la présentera devant le Seigneur, a posera sa main sur la tête de sa victime et l’immolera devant la Tente d’assignation ; puis les fils d’Aaron aspergeront de son sang le tour de l’autel.

De cette victime rémunératoire, il offrira la graisse comme combustion au Seigneur : la queue, qu’on enlèvera tout entière à la hauteur de la vertèbre ; puis la graisse qui recouvre les intestins et toute la graisse qui y adhère, les deux rognons avec sa graisse qui y adhère ainsi qu’aux flancs, puis la membrane qui tient au foie, qu’il ôtera avec les rognons. Et le prêtre les fera fumer sur l’autel, comme aliment de combustion en l’honneur du Seigneur.

Si son offrande est une chèvre, il la présentera devant le Seigneur, il posera sa main sur la tête de l’animal et l’immolera devant la Tente d’assignation ; puis les fils d’Aaron aspergeront de son sang le tour de l’autel. Il en prélèvera la partie à offrir, comme combustion en l’honneur du Seigneur : la graisse qui recouvre les intestins et toute la graisse qui y adhère ; les deux rognons avec leur graisse ainsi qu’aux flancs, et la membrane du foie, qu’il retirera avec les rognons. Le prêtre les fera fumer sur l’autel : c’est un aliment de combustion d’odeur agréable, toute graisse étant pour le Seigneur.

Loi perpétuelle pour vos générations, dans toutes vos demeures : toute graisse et tout sang, vous n’en mangerez point.

Le Hatat, sacrifice obligatoire de culpabilité

4

L’Eternel parla à Moïse en ces termes : " Parle ainsi aux enfants d’Israël : Lorsqu’un individu viole par mégarde une des défenses de l’Eternel et commet l’une d’elles ; si c’est le prêtre consacré par l’onction qui a péché, au détriment du peuple, il offrira au Seigneur, pour le péché qu’il a commis, un jeune taureau sans défaut, comme expiatoire.

Il présentera ce taureau, à l’entrée de la Tente d’assignation, devant le Seigneur, posera sa main sur la tête du taureau, et l’immolera devant le Seigneur.

Puis le prêtre consacré par l’onction prendra du sang de ce taureau et l’apportera à la Tente d’assignation ; le prêtre trempera son doigt dans le sang, et il en fera aspersion sept fois devant l’Eternel, vers le voile du sanctuaire ; le prêtre mettra aussi de ce sang sur les cornes de l’autel où l’on brûle les parfums devant le Seigneur, et qui est dans la Tente d’assignation ; et tout le sang du taureau, il le versera au pied de l’autel aux holocaustes, situé à l’entrée de la Tente d’assignation.

De toute la graisse du taureau expiatoire il prélèvera la graisse qui recouvre les intestins et toute la graisse qui y adhère ; les deux rognons, avec la graisse qui y adhère ainsi qu’aux flancs ; et la membrane du foie, qu’il ôtera avec les rognons.

Ces portions, prélevées comme sur la victime d’un sacrifice rémunératoire, le prêtre les fera fumer sur l’autel des holocaustes. Mais la peau du taureau et toute sa chair, avec sa tête et ses jambes, ses intestins avec sa fiente, le taureau tout entier, il le transportera hors du camp, en lieu pur, au déversoir des cendres, et il le brûlera sur du bois, par le feu : c’est au déversoir des cendres qu’il doit être consumé.

Si toute l’assemblée d’Israël a péché par inadvertance et, sans qu’elle ait conscience de la chose, la communauté a contrevenu à quelqu’une des défenses de l’Eternel et s’est rendue ainsi coupable ; Lorsqu’on aura connaissance du péché qu’on aura commis, l’assemblée offrira un jeune taureau comme expiatoire, qu’on amènera devant la Tente d’assignation.

Les anciens de l’assemblée appuieront leurs mains sur la tête du taureau, devant l’Eternel, et on immolera le taureau devant l’Eternel. Puis le prêtre consacré par l’onction apportera du sang de ce taureau dans la Tente d’assignation ; le prêtre trempera son doigt dans ce sang et en fera sept aspersions devant l’Eternel, dans la direction du voile ; il mettra de ce sang sur les cornes de l’autel qui est devant le Seigneur, dans la Tente d’assignation ; et tout le sang, il le versera dans le réceptacle de l’autel aux holocaustes, qui est à l’entrée de la Tente d’assignation. Puis, il en enlèvera toute la graisse qu’il fera fumer sur l’autel, procédant pour ce taureau comme il l’a fait pour le taureau expiatoire : ainsi procédera-t-il à son égard.

Et le prêtre obtiendra propitiation pour eux, et il leur sera pardonné. Et il fera transporter le taureau hors du camp, et il le brûlera comme il a brûlé le taureau précédent.

C’est un expiatoire public.

Si un prince a péché en faisant, par inadvertance, quelqu’une des choses que l’Eternel son Dieu défend de faire, et se trouve ainsi en faute ; s’il vient à connaître le péché qu’il a commis, il apportera pour offrande un bouc mâle sans défaut. Il posera sa main sur la tête du bouc, et l’égorgera à l’endroit où l’on égorge l’holocauste, devant l’Eternel : c’est un expiatoire. Le prêtre prendra, avec son doigt, du sang de l’expiatoire, qu’il mettra sur les cornes de l’autel aux holocaustes, et son sang il le versera dans le réceptacle du même autel. Il en fera fumer toute la graisse sur l’autel, comme la graisse du sacrifice rémunératoire. Le prêtre obtiendra ainsi propitiation pour sa faute, et il lui sera pardonné.

Si un individu d’entre le peuple pèche par inadvertance, en faisant une des choses que l’Eternel défend de faire, et se trouve ainsi en faute ; s’il vient à connaître le péché qu’il a commis, il apportera pour son offrande une chèvre sans défaut, une femelle, à cause du péché qu’il a commis. Il mettra sa main sur la tête de l’expiatoire, et l’égorgera au même endroit que l’holocauste. Le prêtre prendra de son sang avec le doigt, et le mettra sur les cornes de l’autel aux holocaustes ; tout le sang, il le jettera dans le réceptacle de l’autel. Il enlèvera toute la graisse, de même que la graisse a été enlevée au sacrifice rémunératoire ; et le prêtre la fera fumer sur l’autel, en odeur agréable au Seigneur. Le prêtre fera ainsi expiation pour lui, et il lui sera pardonné.

Si c’est un agneau qu’il présente comme son offrande expiatoire, il l’offrira femelle, sans défaut. Il posera sa main sur la tête de l’expiatoire, et il l’égorgera, à titre d’expiatoire, à l’endroit où l’on égorge l’holocauste. Le prêtre prendra, avec son doigt, du sang de l’expiatoire, qu’il appliquera sur les cornes de l’autel aux holocaustes ; et tout le sang, il le versera dans le réceptacle de l’autel. Il enlèvera toute la graisse, comme on enlève la graisse de l’agneau dans le sacrifice rémunératoire, et le prêtre la fera fumer sur l’autel parmi les combustions destinées au Seigneur. Le prêtre lui obtiendra ainsi l’expiation du péché commis, et il lui sera pardonné.

La faute invisible

5

Si une personne commet un péché : si elle a entendu l’adjuration, et si, quoique témoin d’un fait qu’elle a vu ou qu’elle connaît, elle ne le déclare point et se trouve ainsi chargée d’une faute.

Ou si quelqu’un touche à quelque objet impur, soit au cadavre d’une bête sauvage immonde, soit à celui d’un animal domestique immonde, ou à celui d’un reptile immonde, et que, sans s’en apercevoir, il se trouve ainsi souillé et coupable ; ou s’il touche à une impureté humaine (quel que soit son degré de souillure qui le rend impur par elle), et que, ne l’ayant pas su, il devienne ensuite conscient et coupable ; ou si quelqu’un, par un serment échappé à ses lèvres, s’est imposé un acte pénible ou agréable, en toute matière où un homme peut proférer un serment, mais qu’il l’ait oublié, et s’en soit ensuite rendu compte et soit ainsi devenu coupable sur l’un de ces points, dès qu’il sera ainsi en faute à cet égard, il devra confesser son péché.

Il offrira pour son délit au Seigneur, à cause du péché qu’il a commis, une femelle du menu bétail, brebis ou chèvre, comme expiatoire ; et le prêtre lui procurera l’expiation de son péché.

Que si ses moyens ne suffisent pas pour l’achat d’une menue bête, il offrira, pour la faute qu’il a commise, deux tourterelles ou deux jeunes colombes au Seigneur : l’une comme expiatoire, l’autre comme holocauste.

Il les apportera au prêtre, qui offrira en premier lieu l’expiatoire il lui rompra la tête, en dessous de la nuque, mais sans la détacher ; puis fera jaillir du sang de l’expiatoire sur la paroi de l’autel ; le reste du sang sera exprimé dans le réceptacle de l’autel. Ceci est un expiatoire. Le second oiseau, il en fera un holocauste selon le rite. Ainsi le prêtre lui obtiendra-t-il propitiation pour le péché qu’il a commis, et il lui sera pardonné.

Si ses moyens ne suffisent pas pour l’achat de deux tourterelles ou de deux jeunes colombes, il apportera comme offrande, pour son péché, un dixième d’êpha de fleur de farine à titre d’expiatoire ; il n’y emploiera point d’huile et n’y mettra point d’encens, car c’est un expiatoire.

Il l’apportera au prêtre ; celui-ci en prendra une pleine poignée comme mémorial, et la fera fumer sur l’autel parmi les combustions du Seigneur : c’est un expiatoire.

Le prêtre lui obtiendra expiation du péché qu’il a commis sur l’un de ces chefs, et il lui sera pardonné. Le reste appartiendra au prêtre, comme pour l’oblation.

Asham, sacrifice obligatoire pour délit involontaire ou manquement de parole

L’Eternel parla ainsi à Moïse : "Si quelqu’un commet une fraude en détournant, par mégarde, une des saintetés du Seigneur, il offrira pour ce délit, au Seigneur, un bélier sans défaut, choisi dans le bétail, à estimer en sicles d’argent, au taux du sicle du sanctuaire, comme offrande délictive.

Quant au tort qu’il a fait au sanctuaire, il le réparera, en ajoutant un cinquième de sa valeur et le remettra au prêtre ; celui-ci fera propitiation pour lui par le bélier délictif, et il lui sera pardonné.

Si un individu, commettant un péché, contrevient à une des défenses de l’Eternel, mais que, incertain du délit, il serait sous le poids de sa faute, il offrira au prêtre un bélier sans défaut, choisi dans le bétail, selon l’évaluation de l’offrande délictive ; le prêtre lui obtiendra grâce pour l’erreur qu’il a commise sans le savoir, et il lui sera pardonné. C’est une offrande délictive, l’homme étant coupable d’un délit envers l’Eternel."

L’Eternel parla ainsi à Moïse : " Si un individu pèche et commet une faute grave envers le Seigneur, en déniant à son prochain un dépôt, ou une valeur remise en ses mains, ou un objet ravi, ou en détenant quelque chose qui revient à son prochain ; ou si, ayant trouvé un objet perdu.

Il le nie et a recours à un faux serment ; enfin, pour un des méfaits dont l’homme peut se rendre coupable, lorsqu’il aura ainsi péché et reconnu sa faute, il restituera la chose ravie, ou détenue par lui, ou le dépôt qui lui a été confié, ou l’objet perdu qu’il a trouvé.

De même, tout ce qu’il aurait nié sous un faux serment, il le paiera pour le capital, et il y ajoutera le cinquième.

Il devra le remettre à qui il appartient, du jour où il reconnaîtra sa faute.

Puis, il offrira pour son délit, à l’Eternel, un bélier sans défaut, choisi dans le bétail, selon le taux de l’offrande délictive, et il le remettra au prêtre ; celui-ci lui fera trouver grâce devant l’Eternel, et il lui sera pardonné pour celui de ces faits dont il se sera rendu coupable. "

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?